Récit de Detlef Rausch

En janvier 2001, je me suis fait inscrire dans le registre des cellules souches de la fondation Stefan Morsch lors d'une campagne de don du sang.
Au cours de l'été 2004, je reçus un appel téléphonique d'un collaborateur de la fondation. Il m'annonça que j'étais probablement le donneur le plus approprié pour un patient leucémique. Un examen de mes échantillons de sang apporta la confirmation.

Mais, tout d'abord, le prélèvement n'eut pas lieu, un autre donneur également sélectionné ayant donné son accord. Mais, par la suite, il s'avéra non disponible.

En novembre 2004, les choses devinrent sérieuses:

Une collaboratrice de la fondation me fit part de l'urgence de la greffe nécessaire. Un bilan médical effectué le 18 novembre devait exclure toute possibilité de risques pour ma santé et celle du patient. Je m'étais prononcé pour un prélèvement de cellules souches et non pour un prélèvement de moëlle osseuse.

Le 8 décembre, jour du prélèvement, tout se déroula sans complication. Après une aphérèse de plusieurs heures, au cours de laquelle la quantité nécessaire de cellules souches fut prélevée dans mon sang à l'aide d'un séparateur de cellules, je pus rentrer à la maison par le train sans être sujet à des douleurs ou autres préjudices.

De fait, tout va bien pour le moment : selon les dires de la collaboratrice de la fondation, le patient a bien supporté la greffe et se trouve en voie de rétablissement, ses chances de survie sont bonnes.

C'est si simple de sauver une vie.

Pour le donneur, il n'en résulte ni frais ni risques pour sa santé.

Aussi voudrais- je encourager toutes les personnes qui lisent mon récit, à se faire enregistrer.

La fondation Stefan Morsch possède en propre, dans sa maison mère à Birkenfeld, un service de prélèvement de cellules souches dont l'installation a été achevée en 2005.

Ceci constitue un avantage étant donné que les sauveurs potentiels peuvent être suivis à présent, depuis l'admission dans le fichier des donneurs de moëlle épinière et de cellules souches jusqu'au prélèvement du greffon, en passant par l'analyse des échantillons sanguins, par du personnel propre à la fondation.

retour